Pressions sur l'environnement 

<<Précédent Suivant>>

Les stations essences (ici une ancienne station) sont inspectées par la DRIRE en raison des risques de contamination des nappes d’eau souterraines par les hydrocarbures qu’elles représentent.

Les stations essences (ici une ancienne station) sont inspectées par la DRIRE en raison des risques de contamination des nappes d’eau souterraines par les hydrocarbures qu’elles représentent.

Les activités humaine et animale génèrent des polluants naturels et chimiques, accidentels et diffus. Ces pollutions qui se sont lentement déplacées par gravité vers les nappes d’eau souterraines sont un héritage des pratiques du passé (industrie, décharges) mais sont aussi liées aux pollutions diffuses actuelles (essentiellement liées aux pratiques agricoles). Si les polluants naturels qui altèrent la qualité bactériologique de l’eau sont relativement filtrés par les roches, les polluants chimiques ne sont pas dégradés et contaminent les eaux souterraines à plus ou moins longue échéance.

La pollution des sols

Les industries passées du Val d’Oise ont créé des pollutions des sols transmises depuis aux nappes d’eau souterraines. Ces pollutions sont liées aux énergies utilisées massivement (ex. : hydrocarbures) ou aux procédés de fabrication toxiques utilisés.

Aujourd’hui, quand ces sols pollués sont remaniés lors de travaux, les polluants qu’ils contiennent peuvent être réactivés au contact de matériaux avec lesquels ils entrent en réaction et rejoindre la nappe. C’est le cas de la pollution au cyanure de la nappe de Louvres dans l’Est du département.

Avant la mise en place du tri sélectif, des déchèteries et des techniques de valorisation des déchets, les décharges à ciel ouvert étaient des sources de pollution des eaux souterraines par infiltration des produits liquides (lixiviats) de la décomposition des ordures ménagères, solvants, métaux déposés dans la nature.

Les décharges non contrôlées, liées à l’activité artisanale, sont autant de sources de pollution pour les nappes.

L’augmentation des points d’entrée de la pollution

Les puits et les forages abandonnés ou mal entretenus constituent un point d’entrée directe des polluants dans la nappe d’eau souterraine. Un forage profond mal conçu peut traverser plusieurs nappes et ainsi permettre une communication entre la surface, point d’entrée de polluants, et une nappe plus profonde ; ou bien entre une nappe polluée et une autre saine.

L’utilisation excessive d’engrais et de produits phytosanitaires

Les sources prouvées, et actuellement les plus en cause, de pollution des nappes souterraines sont toutefois liées à l’ activité agricole .
L’usage des fertilisants et des produits phytosanitaires a longtemps été excessif et mal maîtrisé. Lors de pluies intenses hivernales, lorsque les sols sont découverts de végétation, des nitrates issus des engrais ainsi que des résidus de pesticides (ex. : l’atrazine utilisée pour le désherbage des maïs ) sont entraînés vers les nappes.

Le dysfonctionnement des systèmes d’assainissement et la dégradation des réseaux

Le traitement incomplet des eaux usées et des eaux pluviales est à l’origine de certaines pollutions de nappe, notamment par des éléments bactériologiques (germes, virus). L’utilisation de produits phytosanitaires en zone non agricole (ex. : espaces verts, routes) contribue à la contamination des nappes.
Enfin, le réseau de surveillance des nappes d’eau souterraine est moins développé que celui des eaux de surface.

Points de captage et pollutions aux cyanures. Campagne de deux mesures réalisées en 2001.

Points de captage et pollutions aux cyanures. Campagne de deux mesures réalisées en 2001.

Points de captage et pollutions aux Composés Organo-Halogénés Volatils (COHV). Campagne de deux mesures réalisées en 2001.

Points de captage et pollutions aux Composés Organo-Halogénés Volatils (COHV) . Campagne de deux mesures réalisées en 2001.

Points de captage et pollutions aux nitrates. Campagne de deux mesures réalisées en 2001.

Points de captage et pollutions aux nitrates . Campagne de deux mesures réalisées en 2001.

Points de captage et pollutions aux phytosanitaires. Campagne de deux mesures réalisées en 2001

Points de captage et pollutions aux phytosanitaires. Campagne de deux mesures réalisées en 2001.

<<Précédent Haut de page Suivant>>