Pressions sur l'environnement 

<<Précédent Suivant>>

Les points de captages destinés à l’alimentation en eau potable et leurs périmètres de protectionapprouvés ou en projet en juin 2005.

Source polluée.

Sur tout le territoire, des pollutions accidentelles (ex. : camion d’hydrocarbures se déversant, pollution par des eaux d’incendie) ou bien des pollutions diffuses dues à l’activité humaine ou industrielle (ex. : cyanures issus de traitement de surface, bactériologie due à des dysfonctionnements d’assainissement ou de bâtiments d’élevage) complexifient les moyens à employer pour répondre aux normes sanitaires. L’obligation de distribuer une eau conforme à ces normes impose par conséquent des traitements correctifs de plus en plus coûteux pour les syndicats intercommunaux d’alimentation en eau potable.

En milieu urbain, la densification des constructions actuelle ou future empêche la protection immédiate des captages. Les particuliers utilisent quant à eux de plus en plus de produits phytosanitaires pour l’entretien de leur jardin, augmentant par là même les risques de pollution des nappes par percolation.

En milieu rural, les pollutions diffuses d’origine agricole sont révélées par l’augmentation de la présence de nitrates et de produits phytosanitaires dans les nappes souterraines. Un type d’agriculture intensive, induit par la Politique Agricole Commune (PAC) faisant appel à des quantités importantes de produits, a conduit à cette situation.

Par sécurité, choix financier ou simplement insuffisance de débit, certains captages, menacés, difficiles à protéger ou non "rentables" ne sont plus exploités temporairement ou définitivement.

Usine de potabilisation Méry-sur-Oise. Procédé de nanofiltartion.

Pollution diffuse.

<<Précédent Haut de page Suivant>>