Pressions sur l'environnement 

<<Précédent Suivant>>

En raison de leur âge avancé, certaines stations d’épuration ne peuvent répondre aux normes actuelles de rejet dans le mileu naturel.

En raison de leur âge avancé, certaines stations d’épuration ne peuvent répondre aux normes actuelles de rejet dans le mileu naturel.

Les difficultés d’entretien des équipements et des réseaux, des techniques de traitement parfois dépassées (ex. : absence de débourbeurs / déshuileurs) et parfois le manque de qualification et de formation des personnels affectés à ces infrastructures, pèsent sur l’efficacité de l’assainissement.

Les pressions dérèglant le fonctionnement des réseaux d’assainissement collectif

"l’encrassement des réseaux" :
les dépôts à l’origine de l’encrassement des réseaux collectifs sont dus aux apports en matières minérales (ex. : sable), en déchets flottants et en graisses contenus dans les eaux usées. Les encombrants amenés par les eaux pluviales via les avaloirs peuvent aussi générer de gros problèmes.

Les fuites du réseau :
le manque d’entretien des réseaux d’assainissement collectif conduit parfois à leur lente détérioration. Avec le temps, des fuites d’eaux usées peuvent contaminer une nappe d’eau souterraine ou un milieu naturel lors du transport des eaux usées. Ces défauts d’entretien peuvent être dus à des difficultés d’accessibilité (liées à la conception des ouvrages) ou à des flux trop importants qui transitent.

La "mise en charge" du réseau et les difficultés de gestion par temps de pluie :
il arrive que le réseau unitaire apporte dans la station d’épuration des quantités d’eau dépassant la capacité de traitement de l’équipement. Cette situation est le résultat d’un choix ou d’inversions de branchement dans le cas d’un réseau séparatif. La surcharge d’eau à traiter est par conséquent soit non traitée et restituée telle quelle au milieu naturel, soit le processus d’épuration est moins performant ce qui augmente les risques que les eaux traitées rejetées dans le milieu soient de moindre qualité.

L’existence de branchements parasites, clandestins :
il arrive que des individus mal intentionnés ou des entreprises sans convention de rejet déversent leurs eaux usées ou des produits toxiques dans les réseaux d’assainissement publics. Ces comportements illégaux réduisent la capacité épuratoire des équipements d’assainissement et donc la qualité de leurs rejets dans le milieu naturel.

L’âge des stations :
le parc des stations est ancien. 62 % d’entre elles ont plus de 20 ans. Ces stations ne représentent néanmoins que 12 % de la capacité totale de traitement du département. Leur capacité est inférieure à 10000 EH. Ces stations sont principalement implantées dans le Vexin français.

Les pressions dérèglant le fonctionnement de l’assainissement individuel

Une mauvaise prise en compte des critères de mise en place de l’assainissement individuel, comme la place nécessaire, la pente du terrain, la nature du sol et son aptitude à l’infiltration (ex. : des sols imperméables ou gorgés d’eau), contraint l’assainissement des eaux usées domestiques qui deviennent dès lors une source de pollution. Une absence d’entretien et notamment de vidange régulière, représente également une pression importante sur la qualité de ce type d’assainissement.

En 2005, la majorité des staions est âgée de plus de 24 ans, mais ces installation ne représentent que 12% de la capacité totale de traitement du département. Ces 12% correspondent aux installations de capacité <10000 EH, soit 26 stations, principalement implantées à l’ouest du département, dans le Vexin.

En 2005, la majorité des stations est âgée de plus de 24 ans, mais ces installation ne représentent que 12% de la capacité totale de traitement du département. Ces 12% correspondent aux installations de capacité <10000 EH, soit 26 stations, principalement implantées à l’ouest du département, dans le Vexin.

Le parc de station s d’épuration du Val d’Oise est ancien puisque 62% d’entre elles ont été construites avant 1980.

Le parc de stations d’épuration du Val d’Oise est ancien puisque 62% d’entre elles ont été construites avant 1980.

<<Précédent Haut de page Suivant>>